Archive | Histoire sociale RSS feed for this section

Noblesse oblige

1 Mai

Le 29 avril dernier a été diffusée sur RCF l’émission de Frédéric Mounier « D’hier à aujourd’hui, noblesse oblige-t-elle encore et toujours ? ».  Vous pouvez la réécouter ici :

J’ai participé à la dernière demi-heure de l’émission, à cause d’une panne électrique du RER B, qui m’a obligé à faire un long détour pour parvenir au studio d’enregistrement. C’était un moment très agréable, même si j’aurais voulu écouter plus longuement les autres auteurs, dont je m’étais procuré les livres avant l’émission. Ce sont des ouvrages fort instructifs sur la continuation et les modes de vie des descendants de la noblesse française. Bonne écouté !

Publicités

Quelques échos de presse

7 Avr

Cela va faire bientôt un mois que Le Sabordage de la noblesse a paru, et je ne peux que me réjouir de recevoir autant d’échanges passionnés et passionnants de la part de lecteurs de tous horizons. La presse n’est pas en reste, et je dois avouer que c’était un peu déroutant au départ, puisque c’est la première fois que j’observe autant d’écho.

Arthur Chevallier a été le premier, avec son article sur le site Internet du Point, daté du 26 mars 2019 et intitulé « Quand les élites se sabordent ». Je n’ai pu que le remercier (c’est un immense honneur que d’être considéré comme « un des historiens les plus prometteurs de [ma] génération »), en prenant contact via les réseaux sociaux après lecture de ce texte. Ayant bouclé la version définitive à la fin du mois d’août 2018, il est évident que je ne me suis pas inspiré de l’actualité, mais je suis naturellement surpris de l’interprétation contemporaine de mon ouvrage, qui, si elle n’est pas de mon fait, donne vie à mon ouvrage puisqu’il suscite de l’intérêt ! Il va de soi que les lecteurs de l’article doivent lire mon livre avant de commenter, au risque de querelles stériles ou à côté de la plaque… 😉

Le Nouveau Magazine Littéraire n’est pas en reste avec, dans son numéro d’avril, une belle page de Fabrice d’Almeida (« Les déchus de l’élitisme« ), qui a fait des rapprochements entre mon ouvrage et les scandales et mouvements actuels. Ce n’était pas intentionnel de ma part, je le répète, mais je suis content de constater que mon travail inspire au-delà de sa sphère originelle.

Enfin, Le Figaro littéraire du 4 avril 2019 a fourni une chronique très précise et appréciable du Sabordage de la noblesse, sous la plume de Frédéric de Moncault, intitulée « Quand la noblesse perd pied », et qui précise que je « jongle habilement entre les époques », ce qui est vrai. Je me souviens avoir songé à certains textes remontant à des périodes plus éloignées que le XVIIIe siècle, et qui m’ont donné des clés de réflexion.

 

Le Sabordage de la Noblesse

4 Mar

Le 13 mars prochain paraîtra mon nouvel ouvrage, Le Sabordage de la noblesse. Premier ouvrage à paraître d’une nouvelle maison d’éditions, Passés Composés, il aborde sous un angle différent un thème souvent évoqué, souvent caricaturé, à savoir la noblesse au XVIIIe siècle. L’image qu’on en a est souvent celle véhiculée par des films, séries, publicités ou clips, rarement de considérations purement idéologiques, car la question de la noblesse ouvre forcément une fenêtre sur la Révolution, aboutissant à des dissensions pro ou anti, s’éloignant irrémédiablement de l’étude historique.

Je m’interroge dans cet ouvrage sur l’image renvoyée par la noblesse au fil du siècle, au regard de faits divers, de rumeurs, de publications. La noblesse était un objet de réflexion, de débat, pour finalement être confronté à une critique sociale. Les actes accomplis et les images renvoyées, l’étaient-ils toujours consciemment ? Quelle vision la noblesse, dans toute sa diversité, avait-elle d’elle-même ?

Avant de découvrir l’ouvrage, je vous invite à consulter la page de l’éditeur : https://www.passes-composes.com/

8103eCNJbDL

Rabutinages

25 Sep

Pour la troisième fois en 5 ans, je publie un article dans la belle revue Rabutinages, publiée par la très dynamique Société des Amis de Bussy-Rabutin, avec, cette fois-ci, le soutien du CEREC et du CLARE. Il s’agit en effet des actes du colloque tenu au printemps dernier à Versailles. Vous y retrouverez donc ma contribution touchant aux Mémoires de Chavagnac, texte qui, je pense, ne cessera jamais de me laisser songeur.

 

Vous pourrez le commander bientôt auprès de la Société des Amis de Bussy-Rabutin : https://www.amisdebussyrabutin.com/

Horizons courtisans : le retour d’exil

22 Mar

Samedi 24 mars se tiendra une journée d’étude organisée dans l’auditorium du château de Versailles par le Centre de recherche du château de Versailles, la Société des amis de Bussy-Rabutin et le Centre de recherches sur l’Europe Classique de Bordeaux. Intitulée « Horizons courtisans : le retour d’exil », elle brossera le thème des personnages revenus d’exil à l’étranger ou de l’exil dans leurs terres. Je ferai une communication sur Gaspard de Chavagnac que j’ai finalement baptisée : Un retour d’exil au tournant du Grand Siècle : le cas de Gaspard de Chavagnac dans ses « Mémoires« . On notera les guillemets mises dans son titre en raison du caractère particulier (douteux) des Mémoires de Gaspard de Chavagnac. Les communications seront publiées à la fin de l’année dans la revue Rabutinages, qui accueillera donc pour la troisième fois un de mes textes.

Vous pouvez trouver le programme de la journée ici.

Chronique de mon Fabert

7 Oct

Le professeur Ferenc Toth a chroniqué dans la Revue militaire hongroise mon Fabert. Il résume parfaitement l’ouvrage et son esprit, tout en en soulignant les aspects les plus « novateurs », notamment dans la remise en question de nombreuses légendes autour de Fabert (sa soi-disant roture, son élévation par son seul mérite…).

Le professeur Toth fera une conférence le 21 novembre à 13h30 à l’Espace Austerlitz des Invalides autour de Montecucculi, dont il a édité les Mémoires, jamais réimprimés depuis 1712.

Chronique Fabert Toth

 

Vendôme. La gloire ou l’imposture

7 Nov

Le 10 novembre prochain sortira mon sixième livre, intitulé Vendôme. La gloire ou l’imposture,aux éditions Belin, dans la collection Portraits, la même qui a accueilli mon Villars voici quatre ans. J’y étudie le duc de Vendôme, célèbre général de Louis XIV, tantôt loué, tantôt haï. A partir de sources inédites ou peu exploitées, j’ai dressé un portrait nouveau du personnage. L’idée m’est venue quand j’ai commencé à consulter les manuscrits du chevalier de Bellerive (mon Bellerive est quelque peu l’étude intermédiaire ayant nourri ma réflexion pour ce Vendôme) et quand j’ai dépouillé un manuscrit sur les campagnes de Vendôme aux Archives nationales en 2009-2010. Les premières bribes ont été rédigées en 2013, mais c’est en 2015 que j’ai mieux discerné mon projet. Même si vous pensez connaître le personnage, vous aurez quelques surprises…

Vous pouvez commander mon nouveau livre chez votre libraire préféré ou directement chez l’éditeur en cliquant sur le lien suivant : http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-vendome-28408.php

41000288