Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne

21 Juil

Couverture de l'Histoire des Maréchaux de France à l'époque moderne

Le 28 juin 2012 a paru mon premier livre, l’Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne. Il s’agit à quelques détails près de ma thèse, telle qu’elle a été soutenue le 30 novembre 2010. J’ai juste suivi les conseils du jury afin d’apporter certaines améliorations et j’ai moi-même ajouté ultérieurement des compléments, corrections et autres éclaircissements.

Ce travail est l’aboutissement d’une entreprise qui avait germé dans mon esprit quand j’étais étudiant en licence. Ma maîtrise et mon Master 2 m’ont permis de « tester » des hypothèses et de surtout de développer ma réflexion, de façon à éviter les lieux communs (se borner à ne percevoir les maréchaux que comme des symboles de gloire nationale, alors que le panégyrique ne peut en aucun cas animer l’esprit à l’origine d’un livre d’Histoire) ainsi que les pistes fallacieuses (on entend souvent à tort que les maréchaux formaient un « groupe social », ce qui n’était pas vrai  ; de fait, on ne peut étudier une spécificité des maréchaux dans leur fortune ou leur démographie).

J’ai essentiellement articulé mon travail autour de la théorie de la « confusion des pouvoirs », précisée par le Professeur Bernard Barbiche dans son ouvrage Les Institutions de la monarchie française à l’époque moderne (1999). Les maréchaux de France incarnaient en effet cette « confusion des pouvoirs » en tant qu' »agents du roi de France ». Leurs fonctions militaires, gouvernementales, législatives et judiciaires allaient dans ce sens. Ce rapport avec la monarchie prit fin avec la Révolution, quand le maréchalat ne fut cantonné qu’au commandement des armées, avant d’être aboli en 1793. La création de maréchaux d’Empire (1804), puis de maréchaux de France après 1816 ne s’avéra jamais synonyme de restauration de la « confusion des pouvoirs ». Aussi est-ce pour cela que je considère que le maréchalat de France à l’époque moderne, qui avait évolué par rapport à la fonction aulique médiévale et qui se distinguait de la dignité conférée à partir de 1804 puis de 1816 (ce fut surtout la dénomination qui changea), constitue un ensemble cohérent qui a aidé à circonscrire le champ de ma recherche.

A travers l’histoire des maréchaux de France à l’époque, ce sont trois siècles d’histoire de l’Etat qui sont parcourus, dans une dimension à la fois institutionnelle, politique, militaire, sociale et culturelle.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :